Accueil


Q


 

QUERCY et ROUERGUE

Ces deux provinces furent liées à l'Arvernie celtique. Les Cadurques (Quercy) sont cités comme clients des Arvernes et leur capitale, Uxellodunum, qui s'illustra par une défense héroïque contre César (le puy d'Issolu, avéré par des fouilles récentes) était sur les confins de l'Arvernie, cas habituel des chefs-lieux des peuples dépendants. A un stade antérieur, il en avait peut-être été de même des Ruthènes (Rouergue), ou bien ils étaient alliés, mais l'intervention romaine consécutive à la conquête de la Narbonnaise les avait détachés bien avant la guerre des Gaules. Par la suite, ces territoires entrèrent dans la dépendance de formations politiques méridionales, surtout le Comté de Toulouse à sa grande époque de prospérité et d'expansion (IX° - XII° siècles). Leur langue fut complètement languedocianisée et elles jouèrent le rôle de cheval de Troie de la pénétration toulousaine et de la méridionalisation linguistique (voir Guyennais) vers le Massif Central. Cahors était alors une ville très importante et le Quercy, pays céréalier en position d'établir à son profit des rapports économiques inégaux avec l'Aurillacois, producteur de bétail put l'influencer linguistiquement et culturellement. Depuis, les rapports sont restés étroits, avec une sorte de basculement qui a placé le Nord du Quercy sous l'influence d'Aurillac, devenu plus important que Cahors, tandis que le Sud de la civitas antique, le département du Tarn-et-Garonne, passait dans l'orbite directe de Toulouse (voir aussi Rouergue et Aveyron).

 


A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z


CERCLE TERRE D'AUVERGNE - LANGUES ET CIVILISATIONS AUVERGNATES
11, rue des Saulées - 63400 Chamalières
Courriel : auvergnelangueciv [@] yahoo.fr (supprimez les crochets)