Accueil

NUVIALA DEU RIEU REICONDÜD

NOUVELLES DU "COURANT SOUTERRAIN"

 

Le « rieu v-ou raian reicondüd » z-ei n'eideià soutïvadà moé deivourpadà dïn l'eubransà deu Vïjan de Souvïnheî peù se tempoureî Medieremanio pà dezinhâ la bezunha de ta sorta qu'eiparlounjon leù biaé de vieure, d'eubrâ, de changueirâ, de coumenïcâ dïn le petït moude, dïcarsiouzamen traviâ leù siéclei mai leù channhamen de singada de lounj l'estorià, seu la fazensa deù moeitrei que gapion l'entensieu de la teira dïviarsa deu moude ensenhàd.

 

Le « courant souterrain » (ruisseau caché) est une notion conçue et développée dans les travaux du Groupe de Souvigny et dans son périodique Médioromanie pour désigner les faits de toute sorte qui prolongent la façon de vivre, de travailler, d'échanger, de communiquer des milieux populaires, discrètement à travers les siècles et les changements de conjoncture tout au long de l'histoire, sous les faits et gestes des puissants qui accaparent l'attention des diverses catégories de gens instruits.

Cha nezautrei, moude d'Euviarnhà, là lïngà de countradà, lïngà noutrà, là lïngà euvarnhatà z-ei là pâ catadà eu pu prond de l'eime deu paï, se nïze, se foujeî. Mâ, aclhapadà d'engariada de tout lat, depeù tejou, senhadà pà nà muo nonsiadà depeù mai de trei siéclei, z-ei pà le cuo menassadà de perî camen teusituo.

 

Chez nous, gens d'Auvergne, la langue régionale, langue qui nous est propre, la langue auvergnate est la partie la plus intime, au cœur de l'esprit du pays, son nid, son foyer. Mais, accablée d'adversités de tous les côtés, depuis toujours, promise à une mort annoncée depuis plus de trois siècles, elle est menacée de périr presque dans l'immédiat.

Quelà sitiazou z-ei pà sen parirà. Te le countrari, z-ei compartïdà camen partout dïn le mounde pà la lïnga de countradà mai de mïnouransa. Mâ sem foursad de ramarcâ qu'entremai quela tï, lai z-à n'eichalà de meicouneissensà, nieu de meipreî, é que sem dïn le trafon. Desplecarem mo de que sem pa mâ cheupïd pà la lïnga fuorta, moétu mai p'en pourfï eissarbalhouz de lïngajei autrei que son pa dïn nà sando melhu que le noutre.

 

Cette situation n'est pas unique. Bien au contraire, elle est partagée presque partout dans le monde par les langues régionales et minoritaires. Mais nous sommes contraints de remarquer que parmi celles-ci, il y a une hiérarchie de la méconnaissance, et même du mépris, et que nous sommes au tréfonds. Nous expliquerons comment nous sommes piétinés, non seulement par les grandes langues, mais aussi au profit illusoire d'autres langages qui ne sont pas en meilleure santé que le nôtre.

Ne voulem pa coufïnâ dïn l'enjarenhadà, que z-à teu foet d'eilaiâ le moude. Nezautrei que z-em tejou prevïlejàd l'obrà, voulem boutâ van nà pensadà avansiouzà, beuvïssouzà, coumpïssouzà.

 

Nous ne voulons pas nous confiner dans les récriminations qui lassent très vite les gens. Nous qui avons toujours privilégié l'œuvre, nous voulons mettre en avant une pensée tournée vers l'avenir, positive, réalisatrice.

Pamï, pà deibaranhâ le chamï, ne fau coumencâ p'ïzamenâ brivamen la deitourba bei cau sem entrefasiad, la pourmeira deu mïn que son de doa sorta :

 

Cependant, pour débroussailler le chemin, nous devons commencer par examiner brièvement les obstacles auxquels nous sommes confrontés, les premiers au moins, et qui sont de deux sortes :

— se nou z-ei deiniàd, don se n'eitansà. Le pu mai, pà contümà moé mourtefiazou coussentïdà, se sarvïsson deu mou « patueî » que coussentïs nà valou mïndrà: le patueî vieu dïn l'oumbrà eitreità deu clhucheî, peù « se puod pa eicrî ». Mo co, z-ei coudenhàd de ralhâ paubramen, de s'entardï de molouvâ bei leù z-autrei parlâ euvarnhat, nieu que soen couneisud, de se leissâ envaï pa la maufourada deu franseiz peù, mo « tout vai tensen » de se ranhâ bei deù sujîer de pau, nieu sigounhouz. Le patueî z-ei m'en batalhaire, que se passaio d'armei pà frontenâ l'endecountre.

 

— son nom est dénié ; donc son existence. La plupart par habitude et humiliation consentie, se servent du mot de « patois », qui accepte une infériorité: le patois vit dans l'ombre étroite du clocher et « ne peut pas s'écrire ». Ainsi, il est condamné à s'exprimer pauvrement, à s'interdire d'emprunter aux autres parlers auvergnats, bien qu'ils soient souvent connus, à se laisser enfin envahir par les intrusions du français et comme « tout se tient », à se limiter à des sujets insignifiants et même vulgaires. Le patois est comme un combattant qui se priverait d'armes pour affronter l'adversaire.

Deù z-autrei, pu gourgand, voulon nejâ netrà lïngà dïn le boulharau deiclhapàd moé treite de semblà-lïnga (lïngà d'o, eusitan) pà ne là faî deileissâ eu pourfï de caucà lïngà-patoulhà, de caucà babeladà sen chalonjeir, que reicondon n'entarprezà peletïcounà. Sem foursad de leù deisialâ, mâ voulem pa padre netre ten en burjada denviâ ilh. Dïzem mâ bei leù noutrei: moude d'Euviarnhà velhaz ! Peù tarzarem pa de passâ va là soulà bezunhà que ne z-eijeuvïs, l'obrà batïssouzà eu pourfï de netra lïngà, le pouiounamen d'én trezau d'obra vïràd va l'eirechezizou de seù bë.

 

D'autres, plus vicieux, veulent noyer notre langue dans le marigot inconsistant et traître de pseudo-langues (langue d'oc, occitan) pour nous la faire abandonner au profit d'on ne sait quel sabir, quel volapük sans clients, qui cachent une entreprise politicienne. Nous sommes obligés de les démasquer, mais nous ne voulons pas perdre notre temps en polémiquant contre eux. Nous disons seulement aux nôtres : gens d'Auvergne, veillez ! Puis nous ne tarderons pas à passer à la seule chose qui nous intéresse, l'œuvre constructive au profit de notre langue, l'accumulation d'un trésor d'œuvres visant à l'enrichissement de son patrimoine.

— De n'autre biaé, peù que z-em l'embesieu que crezem sansirà de beuvï netrà lïngà pà pensâ moé dï le mounde « passàd, prizent peù delai outre », ne fau be eigueitâ que nieu que rechà, la traviarsa l'on pa fiatadà pà coumpï queu proujîer sen maleizansà.

 

— D'autre part, puisque nous avons l'ambition que nous croyons saine d'utiliser notre langue pour penser et pour dire le monde « passé, présent et à venir », nous devons bien constater que bien qu'elle soit riche, les adversités ne l'ont pas prédisposée à réaliser ce projet sans difficulté.

De fait, l'estorià lï fudiê raviarsouzà. L'euvarnhat prendiê neissensà dïn là pâ de l'eiriau galeremo(n) eisidà de là Celtica, devïzadà meitandeirà de là Galio, vendüdà proensà d'Aquitania eù ten rema(n), dïn là coutridà deu « trafï eu pa de chamï » (vejaz l'artïclhe « circulation lente » deu Lexique identitaire de l'Auvergne, prizentàd soubre queite gambï relheirouz mai eiditàd pà là ravuià Bïzà Neirà lïmeruo 127-128). Siteu sà neissensà, fudiê mïn prondamen marcàd pà là remanïzou que là Meidià de là Galio, vendüdà d'enségà eiriau d'O, peù, siteu prîer, mïn pà la lïnga jarmana de la nasieù mïgranséra que là pâ de Bïzà de là Galio, vendüdà d'enségà eiriau d'Oei. Cha petït, leù dialeitei se deipartïsséton pà proensa grand. Mâ, passan leù Ten Meitander, l'euvarnhàt pardê de se n'eipaneladà pourmeirà va Bïzà soubretout bei là cachà deu franseiz, va Meidià é va l'Entran moétu, nieu que mïn. Va là fï de quelà passà, le moude braiaud d'Euviarnhà fudiê deibalandàd pà la diara, la chareitiâ, leù péprei. Enségà, leù parlâ s'entrepartïsséton é là tendüdà enviâ là fourazou deu franseiz fudiê deibrandadà. Sarta, là lïngà z-érà chanüdà, poudiê coumblâ la barcha, pamï là tendüdà d'ensen deu cou de lïngà fudiê rechadà. D'enseirà, dïn quelà passà, là pouderazou de l'eitrenje apuo lï beilê cant de trai d'empourtansà pourmeirà dïn se batïd, soubretout dïn l'euvarnhàt de Bïzà, én boun pau enquérà dïn là pâ meitandeirà, mïndramen va la pâ de Chantar mai de Velai de Meidià.

 

En effet, l'histoire a été marâtre à son égard. L'auvergnat a pris naissance dans la partie de l'aire gallo-romane issue de la Celtica, division centrale de la Gaule, devenue province d'Aquitaine à l'époque romaine, dans l'ambiance de la « circulation lente » (voyez l'article « circulation lente » du Lexique identitaire de l'Auvergne, présenté sur ce même site internet et édité par la revue Bïza Neirà, n° 127-128). À l'époque de sa naissance, il fut moins profondément influencé par la romanisation que le Midi de la Gaule, devenu par la suite aire d'oc, puis peu de temps après, moins par les langues germaniques des peuples migrants que la partie septentrionale de la Gaule, devenue ensuite aire d'oïl. Petit à petit, les dialectes se différencièrent par grandes provinces. Mais, durant le moyen âge, l'auvergnat perdit de son étendue initiale, au Nord surtout sous la pression du français, au Sud et à l'Ouest aussi, quoique moins. Vers la fin de cette période, la population paysanne d'Auvergne fut déstabilisée par les guerres, les disettes, les épidémies. Par suite les parlers se subdivisèrent et la résistance envers la pénétration du français fut ébranlée. Certes, la langue était robuste, elle put combler les brèches, cependant la résistance d'ensemble du corps de la langue fut atteinte. Néanmoins, dans cette période, l'assimilation/la maîtrise de l'apport étranger lui donna beaucoup de traits essentiels à sa physionomie, surtout en auvergnat septentrional, notablement encore en auvergnat médian, moindrement dans les secteurs cantalien et vellave méridional.

— Mo ta la lïnga de countradà, l'euvarnhàt tau que le couneissem, l'euvarnhàt medarne, furnïs seù pourmer eicrit francanetei eu siécle seje. le siécle darassê moutrà nà pourmeirà eiplizou de pessa varsifiada. Mâ là jordonà deù eufezer, le seganje de là seusieto seu le reiaje sen devïza de Loi catorze, là marassà de là fï de renhansà nienton quela clhurazou pourmetouzà. Là jounessà ensenhadà z-ei d'eurà en sai fransilhadà dïn leù coulejei d'euratouria(n) moé de jizuita. Là bravà « deifensà é selebrazou » deu chanounje Tailhandeir (Essai d'un discours à prononcer, 1783) moutrà bïn la razurta de quel anamen.

 

— Comme toutes les langues régionales, l'auvergnat tel que nous le connaissons, l'auvergnat moderne, produit ses premiers écrits authentiques au XVIe siècle. Le XVIIe siècle montre une première éclosion de pièces versifiées. Mais l'autoritarisme des officiers, le conformisme de la société sous la monarchie absolue de Louis XIV, la crise de la fin du règne anéantissent cette floraison prometteuse. La jeunesse instruite est désormais francisée dans les collèges d'oratoriens et de jésuites. La belle « Défense et illustration » du chanoine Tailhandier (Essai d'un discours à prononcer, 1733) montre bien les résultats de ce processus.

Pamï, l'euvarnhàt, parlàd pà toutei, tà là journadà, voulio vieure. Va là fïn deu siécle dozieu, davan là Deitrasumadà, n’eiplizou nuvialà bourcavà. Fudiê mâ retarzadà pà l'aferî. Pamï, la diara, soubretout de l'Empï deibrandavon én cuo de mai le fondamen umo(n) de l'Euviarnhà. Quelà deitourbà pareissê trasimadà : entremeî 1815 é 1875, l'euvarnhàt se parlà tejou eutretan peù z-ei eicrit bei mai de dïvarsitâ d'obra, de fassou, en mai d'endrê que davan.

 

Cependant, l'auvergnat, parlé par tous, toute la journée, voulait vivre. Vers la fin du XVIIIe siècle, avant la Révolution, une éclosion nouvelle surgissait. Elle fut seulement retardée par les circonstances. Cependant, les guerres, surtout celles de l'Empire, ébranlaient une fois de plus les fondements humains de l'Auvergne. Cet obstacle sembla surmonté : entre 1815 et 1875, l'auvergnat se parle toujours autant et il est écrit avec plus de diversité dans les œuvres, dans les genres, et en davantage de lieux qu'auparavant.

Qu'érà le ten deu « deivïlhamen de la nasieù », entre que sio en Uropà; nieu en Fransà z-ei couneisud le Felïbrije, que fadiê pa eicolà en Euviarnhà, si don pa bïn pu tarzeiramen, d'én men que z-érà deijo falïssouz. L'Euviarnhà einhourê pa tenteiramen ta queleù mouvamen, mâ sediê se chamï sieu. Dïn queu siécle dazanieu, z-on journàd de la nasieù droumilhouza joucà tan, peù que se son deivourpadà joucà eurà: Paï Bartei, Arbanio, mai mai. En Fransà, là carcarizou deu sentimen sinnadeir z-aio vansàd tro. Soubre co se jutê là deifaità de 1870-71, le vouleî d'arvanjà moé d'arganhâ là Lezassà é Leurenà entenalhàd que pourtavà va se clhapâ entre n'ünïto boeiradà bei là pariressà. Nieu Mïstrau, pouète prouvensau selébre fudiê tüzàd d'esse « n'ajent de l'Alemanhà » pasque, nieu que patriote franseiz, eicrisio dïn là lïngà de seù pai(r) !

 

C'était l'époque de « l'éveil des nationalités », partout en Europe ; en France même on connaît le Félibrige, qui ne fit pas école en Auvergne, sauf beaucoup plus tard, alors qu'il était déjà sur le déclin. L'Auvergne n'ignora pas entièrement tous ces mouvements, mais elle suivit son propre chemin. En ce XIXe siècle, sont venues au jour des nations jusqu'alors en sommeil et qui se sont développées jusqu'à maintenant : Pays Baltes, Albanie, etc. En France, la décrépitude du sentiment identitaire était trop avancée. À cela s'ajouta la défaite de 1870-71, la volonté acharnée de revanche et de reprise de l'Alsace-Lorraine qui conduisait à faire bloc autour d'une unité confondue avec l'uniformité. Même Mistral, poète provençal célèbre, fut accusé d'être un « agent de l'Allemagne » parce que, quoique patriote français, il écrivait dans la langue de ses pères !

Peù qu'ei le ten que le moude champaleir brivà se n'eichantounamen va la viala, soen liun deu paï de neissensà, ente là lïngà d'eurejinà sarvïsio pu de re. Pamï nà pâ grand deù fransez z-éron enquérà roessad dïn le champalâ : ta leù temen feurtïsson que joucà là diarà catorje, le « patueî » fudiê pourmeirà lïngà de leù petit neisud. Leù vé(lh) de netre Clharse dïzon toutei que lhu pai, neisud davan là Diarà Grand, z-adiéton l'euvarnhàt mo lïngà de neissensà peù aprendiéton le franseiz en l'eicolà.

 

Et puis c'est l'époque où s'accélère l'exode de la population rurale vers les villes, souvent loin du pays natal, en des lieux où la langue d'origine ne servait plus à rien. Cependant, une grande partie des Français étaient encore enracinés dans les campagnes : tous les témoins affirment que jusqu'à la guerre de 14, le « patois » fut la première langue des nouveaux-nés. Les vieilles personnes de notre Cercle disent toutes que leurs parents, nés avant la Grande Guerre, eurent l'auvergnat comme langue maternelle et apprirent le français à l'école.

Mâ là dïtà Diarà Grand fudiê « l'eitroussà grand deù païzan » mo dïz dreitamen l'eicrivent Lüsio Gachou. Pri quela parda inuorma, le mounde champaleir se rafeurtïssê pa. La fenna, bussada pà leù eicoulatrer, reitéton de parlâ euvarnhàt bei lhu fant. Vezion dïn le « patueî » én sinne d'endareiramen de lhu condesieu peù de lhu soutranazou sià. De la z-una rechinhavon meimamen de partâ « patueî » bei la proussouna faita mai se sufïzion de s’en sarvï bei la proussona d'aje qu'entendion mau le franseiz. Sartà, le pu mai deu champaler coumprenion mai z-éron enquérà dïn le ca de parlâ, que leù fant l'euvïsion mai v-ou mïn chatun men deu jou. Mâ le lian de là tramesieu se deiroumpio cha petït mai. Sufïz que lai z-aio enquérà cant de moude que couneision le « patueî », mâ z-érà eissetàd eu pu prond é mo co se deibïtavà mai, s'eiparselavà mai é sà fransilhazou, lounten bridadà, se ramarcavà mîer. Toutei le dïzion « foutüd ».

 

Mais cette Grande Guerre fut « le grand massacre des paysans », comme dit justement l'écrivain Lucien Gachon. Après ces pertes énormes, la société campagnarde ne se rétablit pas. Les femmes, poussées par les instituteurs, cessèrent de parler auvergnat à leurs enfants. Elles voyaient dans le « patois » un symbole d'arriération et de leur propre infériorisation. Certaines renâclaient même à parler « patois » avec des adultes et se contentaient de l'utiliser avec les personnes âgées qui comprenaient mal le français. Certes, la plupart des ruraux comprenaient et étaient encore capables de parler, car les enfants l'entendaient plus ou moins chaque jour. Mais le lien de la transmission se rompait peu à peu davantage. Au total, il y avait encore beaucoup de gens qui connaissaient le « patois » mais l'estime dont il jouissait était au plus bas et par suite, il se détériorait davantage et sa francisation, longtemps contenue, devenait plus visible. Tout le monde le disait « fichu »

Dïn n'avenansà tau, deù z-u sintïssséton là tentasieu de « fareudâ là jentà deifuntà », caucà jentà Damà deu ten deù troubadou, en s'assarâ bei là travelhizou mai meidianazou de là lïngà. Co fadiê mâ de teinâ là tranlucadà: leù eigueitairei (leù dialeitelejer, Vialatà) coussenhavon que pà dï la bezunha pu chauza, queu moude se deitachavon de tà là solà de là lïngà. Quelà singadà dezê gaire leù avarnïlhou(n) champaler, que lejision pa ; endecontre, là chalonjà poudüdà de la viala, ente leù avarnïlhou(n) d'eurejinà champaleirà z-éron grand cant fudiê deipïtadà sen remesieu de nà lïngà ente se couneision pa. Se fau pa eitounâ que leù boélei deu segound Felïbrije (le pourmeir z-érà eitàd queu de Michalias, damouràd prou soule dïn l'eirau euvarnhàt), Benaze Vïdau é Anrî Jubiâ, z-on chabàd lhu vïdà tenteiramen eissularad. Enségà, co fudiê prou maleizàd de remenâ l'obrà de seuvamen de l'euvarnhàt, pri puzieù diezanada de « tiarà bourladà » de queu biaé. Soubretout qu'entreten, le cant deu moude dïn le ca de verefiâ là pâ de là verito peù quelà de l'eideiaje – le moude que courneision là lïngà d'eiparmentadà – z-aion demenïd é que foudiê deitramâ le taren de la z-eissarbalhada que z-aion prez là plassà dïn l'eime de là chalonjà.

 

Dans de telles conditions, certains éprouvèrent la tentation de « faire la toilette de la belle défunte », une belle Dame du temps des troubadours, en se ralliant à l'archaïsation et à la méridionalisation de la langue. Cela ne fit que hâter le déclin: les observateurs (les dialectologues, Vialatte) notaient que pour dire les choses les plus banales, ces gens se détachaient de toutes les bases de la langue. Cette péripétie ne toucha guère les arvernophones ruraux qui ne lisaient pas; par contre, la clientèle éventuelle des villes, où les arvernophones d'origine campagnarde étaient très nombreux, fut irrémédiablement dégoûtée d'une langue où elle ne se reconnaissait pas. Il ne faut pas s'étonner que les dirigeants du second Félibrige (le premier avait été celui de Michalias, resté assez seul sur le territoire de l'auvergnat), Benazet Vidal et Henri Gilbert, aient fini leur vie entièrement isolés. Par suite, il fut très difficile de relancer l'œuvre de sauvetage de l'auvergnat après plusieurs décennies de « terre brûlée » de cette façon. Surtout qu'entre-temps, le nombre de gens capables de vérifier la part de vérité et celle de l'idéologie – les gens connaissant expérimentalement la langue – avait diminué et qu'il fallut débarrasser le terrain des illusions qui avaient pris place dans l'esprit du public.

Quelà obrà maleizadà fudiê le prifait de netre Clharse. Nen dïrem caucare. Mâ quelà crounïcà z-ei pa én vartïd raclhameir. Voulem moétu peù soubretout pourtâ én carculadï soubre la condesieù de soubrevïdà de netrà lïngà mai cutürà. É pà coumencâ, eiparmentâ, deiguchî l'euvarnhàt pà que poudiessà deilarjâ valentamen nà pensadà enguenadà moé reipondenseirà dïn le mounde d'aneù. 25/1/11

 

Ce travail difficile fut la tâche de notre Cercle. Nous en dirons quelque chose. Mais cette chronique n'est pas un message publicitaire. Nous voulons aussi et surtout apporter une réflexion sur les conditions de survie de notre langue et de notre culture. Et pour commencer expérimenter, roder l'auvergnat pour qu'il puisse répandre valablement une pensée cohérente et responsable dans le monde actuel.

Prevïlejâ l’obrà. Cau obrà ? 27/01/11

 

Privilégier l'œuvre. Quelle œuvre ? 27/01/11

Peù que l'euvarnhàt z-ei eitàd eicartàd de là vïdà coumunà, se puod mâ feurtï pà de la z-obra ; d'en mai prou sartenouza p'esse ramarcada pà lhu valou meugro là reicondiazou de fait eublejadà pà là junïzou de l'avenensà d'ensen bei cant de fon de malentïza endecountrada (meiansà, peletïcà, mai mai...).

 

Puisque l'auvergnat a été exclu de la vie publique, il ne peut s'affirmer que par des œuvres ; de plus suffisamment convaincantes pour être remarquées du fait de leur valeur malgré la clandestinité de fait imposée par la conjugaison des conditions générales et des nombreuses sources d'hostilité qui s'y opposent (médias, politique, etc.).

Peù que mai l'euvarnhàt, eurà, z-ei pu parlàd d'eurdenarïe nieu dïn la famïlha champaléra, mo de que le faî entïrouz, eu mïn pà nà jeufadà deitarmenadà d'arjî pà rechinhâ se nientamen ? Sem petït cant, dezarmei, deù z-u vé(lh), ran le chansê. O be. Mâ si caucare deitrià l'esse de l'anïmau, si ne pareis co z-ei de deicompassâ l'eilaiamen, l'aquenïzou: si sem prousiadad de la valou sessouna legada pà netrei Rîer, netre deveî z-ei de la z-eunourâ en la parpetiâ. Vieure z-ei emperâ, peù ramem mâ pà que nanhe le futarelou pà l'eusian rechinhouz ! Fuorà l'obre, re ne puod ganhâ deù ralouvairei.

 

Puisque de plus l'auvergnat, maintenant, n'est plus parlé généralement même dans les familles rurales, comment le rendre attractif, au moins pour une poignée de gens déterminés à agir pour repousser son anéantissement ? Nous sommes peu nombreux, désarmés, certains vieux, au bord de la tombe. Oui, certes. Mais si quelque chose distingue l'être humain de l'animal, il nous semble que c'est de dépasser l'épuisement, le découragement: si nous sommes persuadés des valeurs collectives léguées par nos Ancêtres, notre devoir est de les honorer en les perpétuant. Vivre c'est espérer, donc ramons pour que vogue le frêle esquif sur l'océan inhospitalier ! Hormis les œuvres, rien ne peut nous fournir des relayeurs.

Mâ quela brava paraula bramada, ne fau tïzâ là charbouneirà pà coumpï. Cau son eitada netra relha ? Veitï :

 

Mais ces belles paroles clamées, nous devons aller au charbon pour réaliser. Quels ont été nos principes ? Voici :

— nà lïngà z-ei n'eipleî pà coumenïcâ en reipoundre bei leù bezen de nà seusieto, là seusieto deu men vieudüd. Si l'euvarnhàt z-ei dïn le ca de countentâ queleù bezen ? Z-em moutràd pà l'obre que suradamen, mâ que massessem sa rechessa eiparsida, eicanquelada pà l'eiparselamen patuézouz, que tournessem faî roudâ se n'alachou boucounàd.

 

— Une langue est un instrument de communication répondant aux besoins d'une société de l'époque où l’on vit. L'auvergnat est-il capable de satisfaire à ces besoins ? Nous avons montré par les œuvres que c'est certain, pourvu que l'on réunisse ses richesses éparpillées, disloquées par la fragmentation patoisante, que l'on remette en fonctionnement son mécanisme grippé.

— nà seusieto deimembradà tê pavunà selüsieu autrà que « faî mo sî » vïvio sansiramen, sen greuzâ de là maufourtünà, sen se fondre en essourizou, sen se leissâ ganhâ pà là sigounhà nïmoé là barliaudà, que vanson soen bei là deicalà de « patueî ».

 

— Une société démembrée n'a aucune autre solution que de « faire comme si » elle vivait normalement, sans se lamenter sur le sort contraire, sans se répandre en exécrations, sans se laisser aller à la vulgarité et à la grivoiserie, qui progressent souvent sous le couvert du « patois ».

— mâ nà seusieto que se voù sansirà, nieu si z-ei mâ pà fuorsà retrenïdà en cant mai en dïviarsito, sàb que lï fau roudâ bei puzieù lïviau. Lai z-à plassà pà leù parlâ d'endreî que, d'eutralhu, gardon l'arlasieu bei là tarà-mai peù son nà ricoalhà tejou jivouzà de rechessa prizarvada sai v-ou lai - zeu eiparmentem nieu eurà ! Pamï – é pà le men – sem foursad de veî que l'embesieu de deicompassâ l'obrà de meimuorià v-ou là temounhansà de là « chadenà deiroutà de l'aviadà » – que son sarta de boun mai tejou pourdialâ ! – z-ei pa prou eiparsidà dïn netrà coumparsounadà.

 

Mais une société qui se veut normale, même si elle est nécessairement restreinte en nombre et en diversité, sait qu'elle doit fonctionner à plusieurs niveaux. Il y a place pour les parlers locaux qui, d'autre part, gardent le contact avec la terre-mère et sont une réserve toujours jaillissante des richesses préservées ici ou là. Nous en faisons l'expérience même actuellement ! Cependant – et pour le moment – nous sommes contraints de voir que l'ambition de dépasser l'œuvre de mémoire ou le témoignage de « la chaîne ininterrompue des générations » – qui sont certes toujours utiles à renforcer ! – n'est pas assez répandue dans nos milieux.

Ne fau tà fuorsà boutâ dïn l'eime que l'euvarnhàt ne badà l'üneviâ tenteir peù que tê leù meian de lai ne menâ mai dïdâ.

 

Nous devons absolument nous mettre dans l'esprit que l'auvergnat nous ouvre l'univers entier et qu'il a les moyens de nous y conduire et guider.

Pà co, fau reitâ de pourclhamâ (mo zeu z-em si to soen euvïd !) que « le patueî s'aprê darî là coà de la vacha » peù que « ieu, z-ai pa düd bezen de nâ pà la z-eicola pà parlâ patueî ». Co vê de boun faî de beuvï la z-eipleita que se troubavon pa co fai cauca diezanada mâ son preita pà sarvï eurà, peù de se dïsidâ de pratïcâ le molouvamen acourdàd entre leù parlâ euvarnhat, peteu que de leissâ leù mou mai la fassou fransilhad charvalhâ cha mai netrà lïngà.

 

Pour cela, il faut cesser de proclamer (comme nous l'avons si souvent entendu !) que « le patois s'apprend à la queue des vaches » et que « moi je n'ai pas besoin d'aller dans des écoles pour parler patois ». Il devient utile de mettre à profit les instruments qui manquaient il y a quelques décennies mais qui sont disponibles maintenant, et de se décider à pratiquer l'emprunt compatible entre les parlers auvergnats, plutôt que de laisser les mots et les tournures françaises dégrader de plus en plus notre langue.

Dreitamen, sio la pebiazou de netre Clharse (Gramarià de l'euvarnhàt tenteir ; Bïzà Neirà bei la rebrica Frazadà euvarnhatà, L'euvarnhàt sansîer, mai mai, peù cant de boun eicrit que puodon ensenhâ mîer que tout si leù lejissez, soubretout naut), sio leù lïbrei d'eidesieù autra (Dïsiunarïe Nuve(l) franseiz-euvarnhàt, Dïsiunarïe tenteir euvarnhàt-franseiz, de la eidesieù CRÉER va Bride), parmeton eurà bei cau z-ei tan si pau crampàd moé valent de se tournâ neizâ pà là coutridà de netrà lïngà. Co sufïz pa, d'enseirà: se fau moétu boutâ dïn l'eime de netre moude, entrâ dïn sà cutürà. Co d'atï zeu troubarez dïn t'én cant d'artïclhei mai nouta d'eizàd lejî, en franseiz, dïn leù lïmeruo de Bïzà Neirà, nà ravudà que z-ei eitadà pebiadà sen falï depeù 1974, que z-à mo co pouieudàd én trezau, peù que s’afesiunà de l’eirechezî sen s’eilaiâ, que que z-adiessà aferid joucà eurà. Mâ que tendiessà pé !

 

Justement, aussi bien les publications de notre Cercle (Grammaire générale de l'auvergnat ; Bïzà Neirà avec les rubriques Phrases auvergnates, En bon auvergnat, etc., et un grand nombre de bons textes qui peuvent enseigner mieux que tout si vous les lisez, surtout à voix haute), que les livres d'autres éditeurs (Nouveau dictionnaire français-auvergnat, Dictionnaire général auvergnat-français des éditions CREER à Brioude), permettent maintenant à qui a quelque motivation et du courage de s'imprégner à nouveau dans l'ambiance de notre langue. Cela ne suffit pas cependant: il faut aussi se replacer dans l'esprit de notre population, entrer dans sa culture. Cela, vous le trouverez dans de nombreux articles faciles à lire en français, dans les numéros de Bïzà Neirà, une revue qui a été publiée sans interruption depuis 1974, qui a ainsi accumulé un trésor, et qui se consacre à l'enrichir sans se lasser, quelle qu'ait été la conjoncture jusqu'à présent. Puisse-t-elle se maintenir !

Peù que ne z-entarvem soubre sai de criasieu, qu'ei le men, si pareis, de ne damandâ : bei cau cheubudà ? bei cau biaé p'esse beuvïssouzà ?

 

Puisque nous nous occupons ci-dessus de création, c'est le moment, me semble-t-il, de nous demander : avec quel contenu ? avec quels procédés pour qu'elle soit profitable ?

— Là cheubudà de nà criasieu se coumandà pa. Lhà vê, mo mai cand lhà voù silan la proussouna. Faî là lei pà rejentâ là criasieu z-ei én contredït dïn leù mou. Pamï, pà nezautrei cheitït que sem pa dïn le ca de parlâ naut, cauca relha de prudensà se dïzon ta soula: leissâ de caire là peletïcà entre z-em re pà faî; damourâ fïdelei bei l'eime ponderàd mai teje de netre moude; pa boeirâ lïbiarto bei ra, endeipendensà de l'eime bei deibuo de bougrada soubre co mai l'autre; ne peuzâ pavunà boulà de sujî, de leù, de ten, mâ en gardâ tejou, sio davan, sio en rîer deu sarvê, là soutïsieu pà l'Euviarnhà mo boun fachinheir de netrei pourpau.

 

— Le contenu d'une création ne se commande pas. Il vient comme et quand il veut, selon les personnes. Légiférer pour réglementer la création est une contradiction dans les termes. Cependant, pour nous qui sommes faibles et pas en position de parler fort, quelques règles de prudence vont de soi : laisser de côté la politique où nous n'avons rien à faire ; rester fidèle à l'esprit circonspect et ferme de notre population ; ne pas confondre liberté et caprice, indépendance d'esprit et débordement d'imprécations sur ceci ou cela; ne nous poser aucune borne de sujet, de lieu, de temps, mais en gardant toujours soit à l'avant soit à l'arrière du cerveau le souci de l'Auvergne comme deus ex machina de nos propos.

— Cau biaé, eurà ? Se fau davan tout parfesiunâ tejou en euvarnhàt. Poudem feurtï sen rescà de ne gourâ qu'eu jou d'aneù, narmà sàb netrà lïngà bei nà meitrizà tenteirà. Mâ meipareiramen mo co foé gaire – vïn v-ou trentà nada, pa mai – z-em tà leù meian de vansâ va queu chîer. Mâ vunà quesieu : cant de moude entre nezautrei siron prou valent pà zeu vouleî joucà le prechâ, queu chîer ?

 

— De quelle façon, maintenant ? Nous devons avant tout nous perfectionner sans cesse en auvergnat. Nous pouvons affirmer sans risque de nous tromper qu'actuellement personne ne maîtrise entièrement notre langue. Mais à la différence de naguère – vingt ou trente ans, pas plus – nous avons tous les moyens d'avancer vers ce but. Seulement une question : combien parmi nous seront assez courageux pour le vouloir jusqu'à l'approcher, ce but ?

Pà ne pourdialâ, poudem rasseventâ l'ïzemple de netrei eicrivent melhu, tau Mïle Toénabrus, Arbiâ Massabeu, Anrî Devedeu, là Dreià Eumetà, Jame Eudouzà. Z-on tejou feurtïd, ïlh que z-éron avarnïlhou(n) de neissensà v-ou pà le mïn z-éron vendüd grand dïn là coutridà avarneizà deu vialaje euvarnhàt de cauque ten, le pourfï que z-on düd d'arcourî bei netrei dïsiunari pà lai troubâ leù mou mai biaé leù mîer poutïlhad bei lhu pensadà. Pà co, z-on pa chabranlàd de cheuvï n'autre mou, n'autrà fassou que leù soutïvad d'en proumeir dïn lhu parlâ contümàd.

 

Pour nous soutenir, nous pourrons rappeler l'exemple de nos meilleurs écrivains, tels Mile Touénabrus (Emile Brun), Albert Masseboeuf, Henri Devedeux, Andrée Homette, Jacques Audouze. Ils ont toujours affirmé, eux qui étaient arvernophones de naissance ou qui pour le moins avaient grandi dans l'ambiance arvernophone du village auvergnat d'autrefois, le profit qu'ils ont eu à recourir à nos dictionnaires pour y trouver les mots et les expressions les mieux adaptés à leur pensée. Pour cela, ils n'ont pas hésité à choisir d'autres mots, d'autres tournures que ceux qui leur étaient d'abord venus à l'esprit dans leur parler habituel.

— Nà dïtansà empïtïrouzà que deù z-u voudion asinnâ en se rapourtâ bei le « patueî vereî » siio de se sarvï jamoé de mou autrei que leù sartenad dïn le patueî de cau parlà v-ou eicris. Mâ poudem faî ramarcâ que :

 

— Un diktat paralysant, que certains voudraient imposer en se référant au « vrai patois », serait de ne jamais utiliser d'autres mots que ceux qui sont attestés dans le patois de celui qui parle ou qui écrit. Mais nous pouvons faire remarquer que :

1. Cauque ten, pà la feira, ente deu moude venion de sin v-ou dié léga entu, parlavon euvarnhàt moé s'entendion : co pruvà que coumprenion leù mou d'endacan mai. En quesiunâ le moude, tà leù enqueitairei de bounà fë eigueiton que « sabon mai que lhu parlâ ».

 

1. Autrefois, dans les foires, des gens qui venaient de 5 ou 10 lieues alentour, parlaient auvergnat et se comprenaient: cela prouve qu'ils maîtrisaient les mots d'ailleurs. En interrogeant les gens, tous les enquêteurs de bonne foi constatent qu'ils « savent plus que leur parler ».

2. L'euvarnhàt, gaire meipareir bei queu que pratïquem, de tut biaé de boun entend, de rebou bei là lïngà troubadoureirà deù Ten Meitander, que ne z-ei vendüdà eitrenjà, z-ei eicrit depeù le siécle seje. Netrei eicrit, t'en cant deù siéclei darassê moé dazanieu soubretout, son én coeije tragrand de mou mai biaé que poudem beuvï pà relampâ netrà lïngà. Leù troubon dïn netrei dïsiunari.

 

2. L'auvergnat, peu différent de celui que nous pratiquons, de toute façon fort intelligible, à l'inverse de la langue troubadouresque du moyen-âge, qui nous est devenue étrangère, est écrit depuis le XVIe siècle. Nos textes, nombreux aux XVIIe et XIXe siècles surtout, sont un gisement immense de mots et d'expressions que nous pouvons utiliser pour restituer sa cohérence à notre langue. On les trouve dans nos dictionnaires.

3. Ta la lïnga vïva medon pà reipoundre bei leù bezen. Nieu netrei patueî eidrelad zeu moutron, z-on balhàd de la sinefiansa nuviala bei deu mou ensia(n) pà dezinhâ de la bezunha nuviala : tou, barà, parapleu, batïssà, chandialà, petarê, mai mai...

 

3. Toutes les langues vivantes évoluent pour répondre aux besoins. Même nos patois affaiblis le montrent, ils ont donné des significations nouvelles à des mots anciens pour désigner des choses nouvelles : immeubles en tour ou en bloc, parachute, immeuble, gratte-ciel, mobylette, etc.

L'euvarnhàt z-aio pa pïtàd nà judà pà fourmâ ensianamen deù mou eicharnad mo « degasieu », v-ou pà beilâ nà sinefiansà deivïradà bei deu mou eimajad que poudion faî l'aviâ : embaranhàd, emboursilhàd.. Prezà dïn l'ansen, se n'arsoursà z-ei sen devïzà. Ne foé deijo veî là derijà. Fenhandem pa pà ségre !

 

L'auvergnat n'avait pas attendu d'être aidé pour former anciennement des mots abstraits comme « dégasieu » (dédicace) ou pour donner une signification dérivée à des mots imagés qui peuvent faire l'affaire : abstrus, abscons... Prise dans son ensemble, ses ressources sont sans limites. Elles nous montrent déjà la direction. Ne paressons pas pour la suivre !

Si deù moude que lejisson quelà ardïsieu se voulon mïtamblâ bei n'euvarnhàt que z-à deu biaé, que pratïquesson le neizamen: lejî peù tournâ lejî deù z-eicrit de valou, eijeuvïssouz, peù que leù lejisson naut, fuo(rt), co marcà mîer le sarvê. Fadiesson mo co peteu que de jitâ n'eu dessebud pà de la sembla « metoda », deu voucabelari eirigoei que parmeton de meitrejâ re que sio.

 

Si des personnes qui lisent cette exhortation veulent se familiariser avec un auvergnat ayant de l'allure, qu'elles pratiquent l'imprégnation: lire et relire des textes de valeur, intéressants, et qu'ils les lisent à voix haute, ferme, cela s'imprime davantage dans le cerveau. Qu'elles fassent cela plutôt que de jeter un œil déçu sur de pseudo « méthodes », sur des lexiques indigents qui ne permettent pas de maîtriser quoi que ce soit.

Bïzà Neirà, netra parjada son cafïda d'eicrit tau. Peù si voulez jutâ gramarià, dïsiunari, bouneu d'aco, z-ez là madeirà quepiouzà que ve fazon nïsseirà bei leù tïtrei que son eitad beilad soubre sai.

 

Bïzà Neirà, nos brochures sont remplies de textes de ce genre. Et si vous voulez ajouter grammaire, dictionnaire, à la bonne heure, vous avez la matière copieuse dont vous avez besoin avec les titres qui ont été donnés ci-dessus.

 

CERCLE TERRE D'AUVERGNE - LANGUES ET CIVILISATIONS AUVERGNATES
11, rue des Saulées - 63400 Chamalières
Courriel : auvergnelangueciv [@] yahoo.fr (supprimez les crochets)